Prévoyance Professionnelle Suisse 03/19

Qu’est-ce qui est juste?

Que la vie d’un assureur automobile paraît simple! Dans son portefeuille d’assurés, il a de nombreux fringants automobilistes, hommes et femmes, qui sont encore très alertes, conduisent depuis 50 ans sans n’avoir jamais été impliqués dans un accident, et qui paient leur prime d’assurance  sans rechigner tout en sachant – et espérant même – qu’ils ne toucheront jamais la moindre prestation. Et pourtant, personne ne se plaint de la redistribution.

L’analogie peut sembler bancale parce que dans la prévoyance professionnelle, les choses sont souvent un peu plus complexes. Il faut écouter attentivement, surtout quand les émotions l’emportent dans la discussion. Redistribution et solidarité, les deux mots qui fâchent, ont été récupérés par la politique, de gauche comme de droite, pour étayer ses argumentations. Les deux choses ne sont pourtant ni bonnes, ni mauvaises en soi.  

D’où l’importance de participer soi-même au débat. Chaque conseil de fondation doit se demander combien de transfert est supportable et combien de solidarité la caisse de pensions peut et veut se payer. Et un avis une fois pris n’est pas taillé dans la pierre, on peut le réviser avec le temps, tout comme la réalité économique change au fil des ans.  

Sur le long terme, l’équilibre tend à s’établir. Mais on comprend aussi une certaine impatience des jeunes face au blocage des réformes et les questions qu’ils se posent. Pourquoi les taux de conversion baissent-ils? Pourquoi les rentes de nos parents sont-elles plus élevées? Et pourquoi la rémunération du capital est-elle si maigre?

Les réponses aux questions d’une jeunesse fougueuse doivent être posées et bien réfléchies. Avec notre dossier de fond, nous espérons vous fournir quelques arguments pour calmer le jeu lors d’une prochaine chaude discussion. Personne ne conteste que la solidarité est aujourd’hui lourdement mise à contribution dans le 2e pilier. Les fringants automobilistes vous saluent.

Contenu

 

Vue dans la revue

Solidarité ou redistribution?

La solidarité est la base du 2ème pilier, mais personne ne souhaite une redistribution inutile dans les caisses de pension. Ces questions controversées de la prévoyance professionnelle sont traitées dans l’édition de mars.

Les transferts: il y en a qui passent, d’autres froissent

Certaines solidarités dans la prévoyance professionnelle sont acceptées de tous, d’autres passent de plus en plus mal. Les conseils de fondation devraient connaître les causes des transferts pour pouvoir prendre des décisions éclairées.

«Une question de fairplay»

La solidarité et la redistribution forment une paire indissociable. Echange entre Roger Baumann, expert c-alm et Christoph Ryter, directeur de la Caisse de pensions Migros.